Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour

Le Yoga de l'action

Au Coeur Du Yoga - Yoga de l'action par Nathalie Bouchet

Définition du Yoga :

Voici quelques extraits des Yoga Sutras de Patanjali, textes de référence du Yoga, permettant d'appréhender

ce qu'est le Yoga. La traduction a été établie en m'inspirant de l'étude de ces textes que j'ai faite auprès de

Claude Maréchal et Denis Perret durant ma formation et de celles de Bernard Bouanchaud et de Frans

Moors. Elle est aussi le reflet de mon expérience de vie éclairée par l'approfondissement de ses textes auprès

de Sylviane Gianina mon professeur.

Atha Yogànu÷àsanam :

Toute votre attention : l'enseignement du Yoga est un enseignement précieux. Il se transmet de façon

continue depuis la nuit des temps. ( YS Livre I - aphorisme 1)

Yogaþ cittavçttinirodhaþ :

Le yoga est la faculté d'apaiser, de canaliser et d'orienter l'activité du mental en direction de l'arrêt de

cette activité. Le yoga est l'état dans lequel le mental est à la fois totalement paisible et clair.

( YS Livre 1 - aph. 2)

Tadà draùñuþ svarūpe avsthànam :

Alors, l'Être, le témoin, s'établit dans sa forme propre; il réalise ce qu'il est vraiment, ce qui le

caractérise. (YS Livre 1 - aph.3)

Vçttisàrūpyam itaratra :

Sinon il s'identifie à l'activité du mental. (YS Livre 1 - aph.4).

Abhyàsavairàgyàbhyàm tannirodhaþ :

L'apaisement des activités du mental s'obtient par l'ascèse (effort, discipline) et le lâcher prise (recul,

absence de passion). (YS Livre 1 - aph.12).

Définition du Yoga de l'action :

Tapaþsvàdhyàya ã÷varapraõidhànàni kriyàyogaþ :

La discipline (ascèse), la quête intérieure, l'abandon du fruit des actes constituent, ensembles, le yoga

de l'action. (YS Livre 2 - aph.1)

Samàdhibhàvanàrthaþ kle÷a tanūkaraõartha÷ca :

Le yoga de l'action mène à la réduction des causes de souffrance et à l'apparition de l'état de pleine

conscience. (YS Livre 2 - aph.2).

Au Coeur Du Yoga - Yoga de l'action Nathalie Bouchet Page 2

Yoga de l'action :

Tapaþsvàdhyàya ã÷varapraõidhànàni kriyàyogaþ :

La discipline (ascèse), la quête intérieure, l'abandon du fruit des actes constituent, ensembles, le yoga

de l'action. (YS Livre 2 - aph.1)

Tapas (Tapaþ) - La discipline :

Il s'agit de tout effort qui va dans le sens d'apaiser, orienter, canaliser, arrêter, purifier le mental pour le

rendre complètement paisible et clair, pur, transparent.

Il s'agit d'un effort, d'une ascèse, quelque chose qui est repris sans cesse vers de plus en plus de tranquillité

et de pureté du mental.

Ce mot comprend également la notion de chauffer pour purifier : purifier le mental.

Il peut signifier aussi les rituels religieux ou non.

Dans le quotidien cela recouvre :

- la discipline du souffle en portant simplement son attention au souffle dans l'action ou bien avec

les techniques plus traditionnelles de pràõàyama

- la grande attention portée à la relation aux autres ou avec soi-même : ne pas rentrer dans les jeux du

mental quand nous sommes en relation avec l'autre pour l'accueillir et l'entendre vraiment; de la

même façon pour l'attention portée à soi-même.

- la vigilance dans la façon de se nourrir : alimentation favorisant les aliments "sattviques" (purs,

favorisant la clarté et l'apaisement du mental) et pleinement nourrissants pour le corps (de qualité,

"vivants").

- la pratique des postures de yoga qui favorisent l'harmonie du corps et de l'esprit et a une action

purifiante, permettant d'éliminer les toxines du corps et du mental;

- des rituels : gestes donnant du sens, un caractère sacré, à l'action posée et amenant une grande

présence; un mental clair et paisible; cela peut être tout simplement prendre le temps de regarder et

sentir le repas avant de le manger ou tout autre geste qui a du sens pour soi et qui permet de se relier

à l'essence de la vie.

Au Coeur Du Yoga - Yoga de l'action Nathalie Bouchet Page 3

Svàdhyàya - L'étude de soi :

svà : propre, personnel; son propre soi

dhyà : réfléchir, méditer; penser à, contempler mentalement; dhyàyat : qui contemple, qui médite

adhyàya : étude, récitation du Veda (textes sacrés)

Il s'agit de toute démarche qui mène à une meilleure connaissance de soi :

- les particularités de la personnalité, de son corps, psychisme...

- plus profondément encore, l'aspiration profonde de la personne : qu'est-ce qui motive ses

actions en profondeur; quel est le potentiel de son être, sa conscience;

Une connaissance profonde de soi mène à une action de plus en plus ajustée, c'est à dire alignée avec la

profondeur de l'être et donc plus joyeuse, plus légère et plus utile pour le monde.

Les différentes façon d'aller vers une meilleure connaissance de soi :

- la pratique posturale :

- elle révèle le potentiel de notre corps mais aussi ses limites. Ceci permet de mieux

appréhender nos possibles;

- elle permet de relier corps, mental, souffle et sensations et par conséquent de faire

l'expérience vivante de notre unité, nous sentant reliés entièrement à notre être. Il est

alors possible de faire l'expérience de la joie qui est l'expression même de l'être.

- la relecture de nos actions et de leurs fruits : les traces qu'elles ont déposé en nous (émotions), ou

autour de nous. Cette relecture nous donne des éclairages sur la qualité de nos actions :

une action ajustée laisse une sensation de bien-être, de quelque chose d'accompli, sans attachement

au fruit; ce qui devait être fait a été fait;

- la lecture ou récitation des textes sacrés : quels qu'ils soient, les textes sacrés résonnent avec notre

vie et nos actions. L'étude de ces textes peut faire ressortir des éléments de notre vie auxquels nous

n'avions pas porté une grande attention et qui demandent à être regardés pour être traités et digérés.

C'est une façon de se réconcilier avec toute notre personne, de nous unifier et de nous relier à notre

Être;

- la récitation de la syllabe sacrée "OM";

- les évènements de la vie : la vie nous amène régulièrement et de façon inattendue des évènements

qui nous obligent à nous remettre en question ou à voir les choses autrement. Ceci passe souvent

par des périodes de souffrance. Même si elle est difficile à porter, chaque souffrance porte en elle

le germe de la lumière. Comme l'explique plus loin Patanjali dans son texte, l'origine de la

souffrance vient du fait que nous n'arrivons pas à distinguer en nous ce qui est éternel et ce qui est

changeant par nature. La première cause de la souffrance est cette ignorance.

Au Coeur Du Yoga - Yoga de l'action Nathalie Bouchet Page 4

ä÷varapraõidhànà : lâcher prise, confiance en l'intelligence de vie :

ã÷vara : seigneur, maître; dieu suprême, Seigneur; représente également l'essence de ce qui ne peut

être nommé; ce qui nous dépasse; l'intelligence de la vie, de l'univers....

praõidhànà : respect, soumission, dévotion; méditation profonde, absorption.

praõidhà : poser, déposer, s'approcher de; déposer les yeux, l'esprit sur; fixer son attention,

réfléchir, méditer.

La notion de ã÷varapraõidhànà peut être comprise de façon variée en fonction de ses convictions

personnelles :

- la soumission, dévotion au Seigneur, comme être à l'écoute du divin et relié au divin;

- humilité, reconnaissance d'une Force supérieure

- la notion de praõidhà peut également être comprise dans le sens de déposer (ses actions) au

Seigneur comme une offrande, le vénérer.

- abandon du fruit des actes, action désintéressée

Ce lâcher prise, cette confiance peut s'expérimenter de différentes façons :

- dans le quotidien :

- être à l'écoute de ce que présente la vie, (rencontres, évènements...), l'accepter avec

confiance ;

- être à l'écoute du rythme que propose la vie et l'accepter avec confiance : alternance

d'intensité et de relâchement; de haut et de bas, rythme des saisons, du cycle menstruel...

- mener des actions désintéressées sans en attendre un bénéfice que ce soit en terme de

renommée ou de rétribution.

- ne pas s'attacher au fruit des actions quels qu'ils soient, agréables ou désagréables;

- dans la pratique des postures :

- être à l'écoute du souffle de vie qui circule , être le témoin de la vie qui coule en nous;

- ne pas s'attacher à la forme de la posture;

- ne pas s'attacher au fruit de la posture;

Ainsi les fondements du yoga de l'action sont :

- la discipline faite d'ascèse, une certaine exigence soutenue dans le temps de façon régulière;

- la quête intérieure vers une meilleure connaissance de soi qui nous permet d'avoir des actions de

plus en plus ajustées à qui nous sommes;

- le lâcher prise, la confiance en la vie qui permet de lâcher l'illusion du contrôle et de se sentir de

plus en plus relié, de plus en plus en harmonie avec soi et les autres.

On ne peut avancer sur un de ces points sans s'appuyer sur les deux autres et chacun fait écho à l'autre.

Ceci nous mène sur le chemin du yoga vers le samadhi, état de yoga, de pleine conscience et nous amène à

réduire en nous les causes de souffrance.

Samàdhibhàvanàrthaþ kle÷a tanūkaraõartha÷ca :

Le yoga de l'action mène à la réduction des causes de souffrance et à l'apparition de l'état de pleine

conscience. (YS Livre 2 - aph.2).

Au Coeur Du Yoga - Yoga de l'action Nathalie Bouchet Page 5

Dans le premier des livres des Yoga Sutras, Pata¤jali développe déjà deux de ces points lorsqu'il développe

ce qu'est le chemin du Yoga : la discipline et le lâcher prise. Il s'adresse à un pratiquant de yoga dont le

mental est déjà stable et clair.

Yogaþ cittavçttinirodhaþ :

Le yoga est la faculté d'apaiser, de canaliser et d'orienter l'activité du mental en direction de l'arrêt de

cette activité. Le yoga est l'état dans lequel le mental est à la fois totalement paisible et clair.

( YS Livre 1 - aph. 2)

Abhyàsavairàgyàbhyàm tannirodhaþ :

L'apaisement des activités du mental s'obtient par l'ascèse (effort, discipline) et le lâcher prise (recul,

absence de passion). (YS Livre 1 - aph.12).

Dans le deuxième livre, Pata¤jali s'adresse à un pratiquant de yoga qui doit encore nettoyer les impuretés de

son mental. C'est pourquoi il rajoute la notion de quête intérieure qui va mener le pratiquant à regarder et

comprendre de quoi il est fait et à se défaire des conditionnements liés à ses causes de souffrances.

Pour cela, il donne un premier outil, fondamental (évoqué précédemment lors de l'atelier sur la quête

intérieure), le discernement paisible.

Vivekakhyàtiþ aviplavà hànopàyaþ :

La méthode de guérison est le discernement paisible. (YS Livre 2 - aph.26)

Cette notion rappelle encore les éléments de discipline et de quête intérieure (pour discerner) et celui de

lâcher prise, pour être paisible.

Puis, dans la deuxième partie du deuxième livre, il indique tout un panel d'outils qu'il développe dans

l'Aùñangà Yoga : Yoga aux huit membres.

Yama niyama àsana pràõàyàma pratyàhàra dhàraõà dhyàna samàdhayaþ

aùñau aïgàni

Les huit membres du yoga sont les disciplines relationnelle, personnelle, corporelle, respiratoire,

sensorielle; la concentration, la méditation et l'état de pleine conscience. (YS Livre 2 - aph.29)

Le deuxième membre de l' Aùñangà Yoga, la discipline personnelle (niyama) développe à nouveau les trois

piliers du Yoga de l'action qui en sont une partie importante : trois aspects sur cinq.

øauca saïtoùa tapaþsvàdhyàya ã÷varapraõidhànàni niyamàþ

La discipline personnelle recouvre la pureté, la sérénité, la discipline, la quête intérieure et la confiance

en l'intelligence de vie (YS Livre 2 - aph.32)

Au Coeur Du Yoga - Yoga de l'action Nathalie Bouchet Page 6

La définition même de la posture de yoga (3ème membre de l'Aùñangà Yoga) nous invite dans ce chemin.

Sthirasukhamàsanam

La posture est fermeté et bien être (YS Livre 2 - aph.46)

Prayatna÷aithilya anantasamàpattibhyàm

La posture combine à la fois l'effort juste et le relâchement tout en étant

en méditation sur le souffle infini de vie. (YS Livre 2 - aph.47)

La pratique des postures de Yoga nous permet ainsi d'expérimenter :

- l'effort, l'ascèse : prendre la forme d'une posture, la tenir

- la quête intérieure : par l'attention continue à la circulation du souffle de vie dans le corps, nous

recevons des informations sur notre corps, notre mental, nos émotions...

- le lâcher prise : en quête des qualités de bien être dans la posture en relâchant toute tension inutile.

nous allons vers l'état de méditation qui peut se présenter comme un fruit : dans une posture, en cours

de séance, à la fin de la séance ou tout au long de la séance selon les moments.

Nous goûtons ainsi à ce que peut être l'état de yoga (pleine conscience).

Le fruit de la discipline corporelle, àsana, indiqué par Pata¤jali, est la maîtrise des paires d'opposés, c'est à

dire être de moins en moins affecté par le chaud et le froid, le succès et l'échec....

Tato dvaïdvànabhighàtaþ

Alors, il n'y a plus de perturbations liées aux couples d'opposés (YS Livre 2 - aph.48).

Nous développons clarté et tranquillité du mental, nous sommes de plus en plus attentif, de plus en plus

paisible : chemin de guérison et de réalisation indiqué dans le deuxième livre des Yoga Sutras de Pata¤jali.

Alors, que cela soit avec les postures ou dans vos actions du quotidien,

Bonne pratique et Bon yoga !

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Le Yoga : Une école de liberté

Le Yoga : Une école de liberté

LE YOGA : UNE ECOLE DE LIBERTEUn certain nombre d’ enseignants de Yoga de l’Isère ont réfléchi à...

4 janvier 2019
Le Viniyoga

Le Viniyoga

Pédagogie ViniyogaLa pédagogie Viniyoga propose d'adapter le Yoga à la personne avec une...

4 janvier 2019
Le Yoga Iyengar

Le Yoga Iyengar

YOGA Méthode IYENGARBKS Iyengar est un grand maître de yoga indien internationalement respecté,...

4 janvier 2019
Le Yoga de l'action

Le Yoga de l'action

Au Coeur Du Yoga - Yoga de l'action par Nathalie BouchetDéfinition du Yoga :Voici quelques...

4 janvier 2019
Le Yoga : Objectifs, moyens et adaptation du yoga

Le Yoga : Objectifs, moyens et adaptation du yoga

Objectifs, moyens et adaptation du yoga :Les objectifs du yoga en fonction des âges de la...

4 janvier 2019
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus